October 18, 2021

Washington Week Ahead: Biden propose des hausses de taxes, SCOTUS envisage une affaire sur l’éthanol – Agri-Pulse

Les groupes agricoles se préparent à ce que le président Joe Biden propose cette semaine une augmentation des impôts sur les actifs hérités et les gains en capital, car il propose au moins 1000 milliards de dollars de nouvelles dépenses pour les congés familiaux payés, l’éducation et les préoccupations domestiques.

Cette semaine également, la Cour suprême débattra de l’autorité de l’Agence de protection de l’environnement d’exempter les raffineurs des mandats d’utilisation des biocarburants.

Biden doit parler à une session conjointe du Congrès mercredi soir et exposer les détails de son énorme plan américain pour les familles, qui devrait contenir des propositions de garde d’enfants, d’un collège communautaire gratuit et de la prématernelle universelle ainsi que d’un congé familial.

Pour payer les nouvelles dépenses, qui seront couplées à des incitatifs fiscaux élargis, il devrait proposer des taux d’imposition plus élevés pour les particuliers qui gagnent plus de 400 000 $ par année et une augmentation du taux d’imposition sur les gains en capital.

Les groupes agricoles dirigés par l’American Farm Bureau Federation s’inquiètent depuis des semaines du fait que Biden pourrait proposer de supprimer la base renforcée sur les actifs hérités ou même proposer d’imposer tous ces actifs au décès.

Un groupe de démocrates du Sénat dirigé par le sénateur Chris Van Hollen, D-Md., proposé le mois dernier d’imposer les actifs de plus d’un million de dollars dont quelqu’un hérite. Van Hollen a dit Agri-Pulse que l’exonération de 1 million de dollars limiterait l’impact sur les fermes, mais les fiscalistes affirment que la facture fiscale serait toujours un coup dur pour les familles agricoles, en particulier compte tenu de l’augmentation du taux d’imposition des gains en capital que Biden devrait proposer.

Les groupes d’agriculteurs et d’entreprises, quant à eux, ont publié des études visant à démontrer que l’élimination de la base renforcée pourrait sérieusement contribuer aux exploitations familiales et aux petites entreprises. L’augmentation de la base signifie que les héritiers qui vendent un bien dont ils héritent sont des impôts sur la valeur au décès du défunt, et non sur la valeur au moment où le défunt l’a acquis.

UNE nouvelle étude que le cabinet comptable EY a mené pour une coalition de groupes d’entreprises, a déclaré que l’élimination de la base renforcée réduirait le PIB américain d’environ 10 milliards de dollars par an – le PIB 2020 était d’environ 21 billions de dollars – et réduirait l’emploi d’environ 80000 emplois.

Selon une étude distincte Selon l’American Farm Bureau Federation et l’American Soybean Association, les familles d’agriculteurs pourraient être frappées par des impôts sur les gains en capital d’une valeur supérieure à 400% du taux moyen de location en espèces, si elles perdaient la hausse de base.

Pressé par les législateurs sur la question récemment, le secrétaire à l’Agriculture, Tom Vilsack, a noté que la fin de la base renforcée ne serait pas un problème pour les héritiers tant qu’ils n’auraient pas vendu leurs terres.

En revanche, un impôt sur les transferts comme Van Hollen pousse pourrait affecter quiconque hérite d’un intérêt dans une ferme ou une entreprise, car il serait appliqué à la dernière déclaration de revenus du défunt.

Biden a peu parlé publiquement de ses projets, mais son chef de cabinet, Ron Klain, a retweeté vendredi un communiqué d’Axios selon lequel Biden proposerait un taux marginal d’imposition sur le revenu maximal de 39,6% et un taux de gains en capital de 43,4%.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, en dirait peu sur les projets du président vendredi, sauf que «l’essentiel du président est que les gens qui gagnent moins de 400 000 dollars par an ne devraient pas voir leurs impôts augmenter».

Mais Chuck Conner, président et chef de la direction du Conseil national des coopératives agricoles, a averti que les plans fiscaux et de dépenses de Biden sont loin de devenir loi et qu’il devra probablement faire des compromis avec les républicains sur de nombreux éléments.

«Ce sont encore des manches très, très tôt dans le débat sur les impôts et les rémunérations en termes d’infrastructure et ce genre de choses,» il a dit Agri-Pulse. «Je ne m’inquiète pas trop pour aucune de ces suggestions pour le moment.»

Mardi, des avocats de l’industrie du raffinage et une coalition de groupes de biocarburants présenteront leurs arguments virtuellement devant la Cour suprême pour savoir si l’EPA a le pouvoir d’étendre les exemptions des petites raffineries qui étaient devenues caduques.

Les raffineurs font appel à un 10e Décision de la Cour d’appel du circuit des États-Unis rendue en janvier 2020, qui a annulé trois SRE.

Un panel de trois juges a déclaré que l’EPA ne pouvait pas «étendre» les exemptions à toutes les petites raffineries dont les exemptions temporaires antérieures étaient devenues caduques. Les SRE sont délivrés aux raffineurs dont la capacité de production est inférieure à 75 000 barils par jour qui prétendent que la conformité RFS leur causerait un préjudice économique indu.

«Le Congrès a prévu que les SRE agissent comme une soupape de sécurité critique pour protéger les actifs de raffinage vitaux tout en respectant les obligations de la RFS», selon le raffineur directement impliqué dans l’affaire, HollyFrontier Cheyenne.

“En examinant le briefing et la plaidoirie, nous espérons que la Cour suprême rectifiera l’interprétation légale incorrecte sur laquelle la décision du tribunal inférieur était basée. En outre, nous continuons d’exhorter l’EPA à rendre le programme RFS réalisable. Les intérêts des consommateurs, des travailleurs et la sécurité énergétique des États-Unis sont en jeu », a déclaré la société.

Mais l’industrie de l’éthanol estime que «le Congrès a été très clair qu’un petit raffineur ne peut prétendre à une exemption que s’il en a toujours prolongé une», a déclaré Geoff Cooper, président et chef de la direction de la Renewable Fuels Association.

Le Congrès a prévu que les exemptions des petites raffineries diminuent avec le temps jusqu’à ce que tous les raffineurs respectent le statut et soient tenus responsables des obligations de volume de carburant renouvelable chaque année, a-t-il déclaré. RFA, la Coalition américaine pour l’éthanol, la National Corn Growers Association et le National Farmers Union sont des défendeurs dans cette affaire.

Le tribunal émettra probablement un avis en juin.

Cette semaine également, plusieurs membres du Cabinet seront interrogés à Capitol Hill sur les dépenses et les plans politiques de l’administration.

Mercredi, la représentante américaine au commerce, Katharine Tai, comparaîtra devant le sous-comité des crédits du Sénat sur le commerce, la science et la justice et le secrétaire au travail Marty Walsh témoignera devant le sous-comité des crédits de la Chambre du travail et du HHS.

Voici une liste des événements liés à l’agriculture ou à la campagne prévus cette semaine à Washington et ailleurs (toutes les heures EDT):

Lundi 26 avril

Journalistes agricoles nord-américains réunion annuelle en ligne jusqu’au lundi.

16 h 00 – L’USDA publie chaque semaine Progression des cultures rapport.

10 h – Le secrétaire à l’Agriculture, Tom Vilsack, s’adresse en ligne à la réunion annuelle des journalistes agricoles nord-américains.

Midi – Institut Cato séminaire en ligne, Le plan d’infrastructure et les alternatives de Biden. »

Mardi 27 avril

court Suprème entend les plaidoiries dans HollyFrontier Cheyenne Refining LLC. vs Association des carburants renouvelables.

10 h – Comité sénatorial des finances audience, «Défis climatiques: le rôle du Code fiscal dans la création d’emplois américains, la réalisation de l’indépendance énergétique et la fourniture aux consommateurs d’une énergie propre et abordable.»

Mercredi 28 avril

10 h – Sous-comité des crédits du travail de maison-HHS audience avec le secrétaire au Travail Martin Walsh.

Midi – Comité du règlement intérieur audience, “Mettre fin à la faim en Amérique: défis, opportunités et renforcer la volonté politique de réussir.”

14 h – Sous-comité des crédits du Sénat Commerce-Science-Justice audience avec la représentante américaine au commerce Katharine Tai, 124 Dirksen.

Jeudi 29 avril

8h30 – Communiqués de l’USDA Ventes à l’exportation hebdomadaires rapport.

10 h – Sous-comité sénatorial des crédits pour l’agriculture audience, «Diversifier les revenus à la ferme: possibilités de renforcer l’Amérique rurale», 192 Dirksen.

10 h – Comité sénatorial du commerce audience sur la nomination d’Eric Lander au poste de directeur du Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche, 253 Russell.

Vendredi 30 avril

Pour plus de nouvelles, rendez-vous sur www.Agri-Pulse.com