September 27, 2021

Le projet d’ordonnance pourrait rendre plus difficile pour les parcs du comté de Milwaukee le développement de pistes cyclables

Une petite parcelle de bois avec une piste de vélo de montagne à Whitnall Park a conduit à un changement potentiellement important dans la façon dont le comté de Milwaukee gère les sentiers dans les parcs du comté.



un groupe de personnes dans une forêt: Ramsey Radakovich, à gauche, conduit les superviseurs du conseil du comté de Milwaukee lors d'une visite des sentiers de randonnée et de vélo de montagne à Mangan Woods, dans le parc Whitnall, le 30 mars 2021.


© Chelsey Lewis / Milwaukee Journal Sentinel
Ramsey Radakovich, à gauche, dirige les superviseurs du conseil du comté de Milwaukee lors d’une visite des sentiers de randonnée et de vélo de montagne à Mangan Woods, dans le parc Whitnall, le 30 mars 2021.

Une nouvelle ordonnance devant le conseil de surveillance du comté de Milwaukee exigerait que les parcs du comté de Milwaukee obtiennent l’approbation du conseil pour établir de nouvelles pistes cyclables ou modifier 20% ou plus d’un sentier existant.

Chargement...

Erreur de chargement

«Ce n’est pas une résolution anti-VTT. … Tout ce que nous disons, c’est que le comité des parcs et le conseil devraient avoir une surveillance, surtout quand il y a un tel nouveau changement », a déclaré le superviseur du comté Anthony Staskunas, l’un des co-parrains de l’ordonnance qui a adopté les parcs, l’énergie et l’environnement du conseil. Comité mardi et va maintenant passer devant le conseil d’administration complet.

Recevez des mises à jour quotidiennes sur les Packers pendant la saison.

Il y a cinq sentiers polyvalents dans les parcs du comté de Milwaukee qui sont ouverts au vélo de montagne, totalisant environ 13 miles, plus 130 miles du sentier Oak Leaf. Le service des parcs n’a actuellement pas besoin de l’approbation du conseil pour apporter des modifications ou des ajouts à ces sentiers.

Travailler sur les sentiers de vélo de montagne

L’ordonnance découle de travaux qui ont débuté l’automne dernier sur les sentiers de vélo de montagne Kegel-Alpha à Mangan Woods, qui fait partie du parc Whitnall dans le district de Staskunas à Franklin. Le plan – qui était en cours d’élaboration depuis plus de trois ans – était d’ajouter environ 1 mile de piste de vélo de montagne le long de la bordure sud du parc, ainsi que de fermer d’autres sentiers à l’intérieur pour réduire l’érosion et les dommages à la végétation causés par les sentiers sociaux. les gens avaient créé eux-mêmes.

Mais alors que Metro Mountain Bikers – le groupe de bénévoles qui aide à construire et à entretenir les sentiers – a commencé à défricher une partie des bois pour le nouveau sentier l’automne dernier, les voisins ont exprimé leur inquiétude quant à la proximité du sentier par rapport à leurs propriétés et aux dangers perçus d’en avoir plus. les vététistes circulant sur des sentiers qui se croisent et se chevauchent avec des sentiers de randonnée. D’autres se sont demandé si les nouveaux sentiers affecteraient les caractéristiques naturelles du parc, y compris les peuplements de forêts anciennes.

Le directeur des opérations des parcs du comté de Milwaukee, Ramsey Radakovich, a déclaré que l’objectif principal du département était de protéger les bois et de «permettre aux gens d’en profiter le plus longtemps possible».

Étant donné qu’une partie du sentier Kegel-Alpha longe la rivière Root, il est sujet aux inondations qui entraînent la fermeture de toute la boucle. Lorsque le sentier est fermé ou boueux, les gens créent parfois leurs propres sentiers dans les bois.

EN RELATION: Voici ce que vous devez savoir sur une règle proposée qui affecte les pistes cyclables à Milwaukee

Radakovich a déclaré s’inquiéter de la dégradation du parc, alors ils ont embauché un professionnel des sentiers pour étudier la région et faire des recommandations. Le service des parcs a finalement décidé d’ajouter plus de sentiers, mais moins que le rapport recommandé.

En octobre 2019, le département a tenu une réunion publique d’information sur les nouveaux sentiers.

Les travaux sur les sentiers ont commencé l’automne dernier, mais ont été interrompus ce printemps lorsque des voisins ont exprimé leur inquiétude. L’ordonnance, coparrainée par les superviseurs John Weishan Jr., Patti Logsdon et Staskunas, a été présentée pour la première fois au comité des parcs le 16 mars. Après près de deux heures de commentaires, dont trois personnes se sont exprimées en faveur de l’ordonnance et 11 contre, les superviseurs voté pour reporter l’ordonnance jusqu’en avril, leur donnant le temps de visiter les sentiers.

Le système de sentiers, qui comprend des sentiers de randonnée uniquement et des sentiers polyvalents, manque cruellement de panneaux indiquant les activités autorisées sur quels sentiers – l’impulsion du plan de retravailler les sentiers en premier lieu, selon Radakovich, qui a dirigé surveillants en tournée des sentiers le 30 mars.

Radakovich a montré où les sentiers sociaux non officiels et quelques sentiers polyvalents sujets à l’érosion seraient fermés et où le nouveau sentier irait, du côté sud des bois, où de nouvelles pousses, des arbres non indigènes et des espèces envahissantes comme le nerprun ont prospéré. Le nouveau sentier – marqué par des rubans roses – serait à environ 50 pieds des limites de propriété des voisins, environ 15 pieds plus près que le sentier existant.

«Je comprends qu’au centre-ville de Milwaukee, 60, 50 pieds, c’est assez loin, parce que c’est la taille de votre terrain, mais certains de ces lots sont des lots d’un acre, donc 50 pieds se rapprochant de nos limites de terrain est un peu troublant pour nous, parce que nous ne sommes pas habitués à cela », a déclaré Dana Gindt, une résidente de Franklin qui a pris la parole aux deux réunions du comité des parcs en faveur de l’ordonnance.

La tournée de mars a révélé que certains de ces propriétaires, cependant, empiétaient sur le parc, coupaient des arbres et l’utilisaient comme stockage pour des piles de bois, des articles divers et même une chargeuse compacte.



un groupe de personnes assises autour d'un tas de foin: du bois et d'autres objets personnels, y compris une chargeuse compacte, provenant d'une propriété personnelle sont entreposés dans un parc du comté de Mangan Woods à Whitnall Park le 30 mars 2021.


© Chelsey Lewis / Milwaukee Journal Sentinel
Le 30 mars 2021, du bois et d’autres objets personnels, y compris une chargeuse compacte, provenant d’une propriété personnelle sont entreposés dans un parc du comté à Whitnall Park’s Mangan Woods.

La discussion s’est poursuivie lors de la réunion du comité d’avril, quatre citoyens se sont prononcés en faveur de la nouvelle ordonnance et neuf contre.

Matthew Sobocinski, dont l’arrière-cour jouxte les bois, s’est prononcé en faveur de l’ordonnance et a déclaré que, bien qu’il n’aime pas personnellement les sentiers de randonnée et de vélo à usage partagé et qui se croisent, il est un randonneur et un motard et a fait les deux dans le parc avec son cinq enfants et est en faveur de la construction de plus de sentiers. Mais il a dit qu’il était préoccupé par la sécurité de ses enfants.

«Ouais, ça se rapproche de ma propriété. … Ce ne sont pas les motards qui sont le problème, c’est ce que les sentiers mènent à mon jardin, pour la sécurité de mes enfants. J’espère juste que le comté pourra fournir l’expertise et réduire tout type de risques imprévus qui vont survenir en raison de ces sentiers », a-t-il déclaré.« Je pense que les retards dans le processus et les conséquences imprévues pour obtenir l’approbation du comté vaut le temps car cela réduit les autres risques pour les personnes, les ressources naturelles et l’expérience partagée pour tout le monde.

D’autres orateurs ont noté comment l’ordonnance pourrait être préjudiciable aux enfants, en particulier à ceux des équipes de vélo de montagne des écoles secondaires Franklin et Riverside, et aux enfants de Milwaukee qui ont déjà un accès limité aux sentiers.

Des sentiers limités pour les enfants pourraient résulter, disent certains

Caressa Givens, chef de projet de Milwaukee pour la Wisconsin Bike Fed et présidente du groupe de travail sur les vélos et les piétons de la ville de Milwaukee, a déclaré que le groupe de travail ne soutenait pas une large surveillance des sentiers par le comté et qu’il devrait faire confiance au département des parcs pour faire son travail. Et bien qu’elle ne soit pas une cycliste de montagne, elle a dit qu’elle enseigne aux enfants la sécurité du vélo et de la marche et pense que l’ordonnance pourrait réduire le nombre de sentiers pour eux.

«Surtout dans les centres urbains, je veux qu’ils puissent accéder à des réseaux de sentiers comme celui-ci, qu’ils deviennent également des intendants de la terre et qu’ils aient les mêmes expériences que les enfants plus privilégiés tout au long de notre histoire», a-t-elle déclaré. cela peut se produire grâce à une gestion responsable des terres, et je crois que la communauté cycliste du comté de Milwaukee est plus qu’heureuse et prête à relever ce défi. “

Bill Koch, l’un des codirecteurs des équipes de la National Interscholastic Cycling Association de Milwaukee Recreation (qui opèrent à MacDowell Montessori et Riverside High School), a déclaré que les enfants du programme sont ceux qui risquent le plus de perdre s’il y a moins de pistes cyclables. dans le comté.

«Plus de sentiers, pas moins de sentiers», a-t-il déclaré, notant que, d’après son expérience en tant qu’ancien propriétaire d’entreprise, il pense que la meilleure façon pour les gestionnaires – dans ce cas, le County Board – de faire leur travail est de déléguer – aux parcs département.

«Si vous n’aimez pas le travail qu’ils font, c’est votre travail de vous débarrasser de ces gens. Mais je ne pense pas que ce soit le cas. Je pense qu’il y a un petit groupe vocal qui a fait de ce parc, les sentiers Kegel-Alpha, un problème. Et nous étendons cela à quelque chose de large qui n’a tout simplement pas besoin d’être traité », a-t-il déclaré.

Le directeur des parcs du comté de Milwaukee, Guy Smith, a déclaré que si son département serait heureux de fournir des mises à jour plus régulières au conseil sur les développements des sentiers, obtenir l’approbation de tout changement qui s’élève à 20% ou plus «peut ne pas être pratique», en particulier pour les petits parcs.

Radakovich s’est dit préoccupé par le travail supplémentaire que l’ordonnance imposerait à son personnel et à son budget.

«Je m’inquiète de la faisabilité quand nous avons un coordinateur de sentiers, nous avons un personnel limité pour être en mesure de le faire, et c’est un processus opportun», a-t-il déclaré. «Nous avons beaucoup de sentiers là-bas. Pour pouvoir apporter des changements, dans certains cas, nous devons le faire rapidement. Je pense que cela représente parfois un défi pour notre ministère et les ressources dont nous disposons. Nous sommes assez minces comme ça. “

“Je n’essaye pas d’éviter le partage d’informations, étant transparent … nous sommes heureux de le faire”, a déclaré Radakovich, mais a noté que le processus déjà de trois ans qu’ils ont entrepris pour le sentier Kegel-Alpha, par exemple, serait être encore plus longs s’ils doivent obtenir l’approbation du conseil. «Je pense que le fait de devoir parcourir tout le processus du conseil d’administration et de le voter pourrait retarder le travail que nous devons faire ou le rendre plus difficile.»

Weishan a soutenu que le partage d’informations est tout ce que l’ordonnance exige.

«C’est tout ce que nous demandons, c’est que le public et les intervenants communautaires aient leur journée au soleil pour exprimer leur opinion sur tout changement de piste, et c’est pourquoi le conseil doit être impliqué», a-t-il déclaré.

“Je ne pense pas que quiconque ait l’intention de lier les mains du département des parcs. Nous voulons être collaboratifs, mais nous devons aussi avoir une surveillance”, a déclaré la superviseure Sylvia Ortiz-Velez, qui a voté en faveur de l’ordonnance.

«Nous ne voulons pas être des microgestionnaires de nos experts. Nous les avons embauchés pour une raison », a déclaré la superviseure Felesia Martin, qui a également voté pour. «Nous voulons simplement être de bons gardiens de notre réseau de parcs afin qu’ils puissent être appréciés au fil des générations à venir. … Nous ne serions pas de bons intendants si nous votions non. … Nous devons prendre nos responsabilités au sérieux, et je crois que nous le faisons tous.

Le superviseur Steven Shea, vice-président du comité, a également voté en faveur de l’ordonnance, notant que le conseil avait perdu ses pouvoirs dans le passé et que la protection des parcs du comté était l’un de ses pouvoirs les plus importants.

Le superviseur Sheldon Wasserman, président du comité des parcs, et le superviseur Liz Sumner ont tous deux voté contre l’ordonnance.

Contactez Chelsey Lewis au [email protected]. Suivez-la sur Twitter à @chelseylew et @TravelMJS et Facebook à Journal Sentinel Travel.

Nos abonnés rendent ce reporting possible. Veuillez envisager de soutenir le journalisme local en vous abonnant au Journal Sentinel à jsonline.com/deal.

Cet article a été initialement publié sur Milwaukee Journal Sentinel: Le projet d’ordonnance pourrait rendre plus difficile pour les parcs du comté de Milwaukee le développement de pistes cyclables

Continuer la lecture